13 janvier 2005

Page 12

C'est ce matin donc. Je n'ai pas le moindre trac loin de là, je me suis même réveillé tôt pour réfléchir une dernière fois à la décision prise. Il s'agit de ne pas le regretter plus tard, si futur il y a mais je n'en doute pas, et surtout de bien repenser aux avantages et inconvénients d'une telle action. Ce qui peut paraître bizarre c'est que je ne fais que de penser à mon existence depuis mon réveil, et je me repasse ma vie d'un bout à l'autre. Un peu comme le cliché très répandu selon lequel avant de mourir notre vie défile à une allure extraordinaire et que nous revoyons passer les bons et moins bons moments ayant jalonné notre parcours sur cette Terre. Cliché bien évidemment car qui peut dire ce qui se passe dans le laps de temps précédant notre mort. En tout cas force est de constater que je n'arrête pas de me poser des questions sur ce que j'ai réalisé, sur ce que j'ai accompli, sur ce qui serait à refaire, sur ce que je n'aurais pas du faire... C'est fou comme la mémoire se remet activement en marche lorsque l'on pense que c'est la dernière fois qu'elle va nous servir dans ce monde.

Mais peu importe, mon choix est fait et comme je déteste revenir sur une chose que j'ai acceptée, je m'en vais donc rejoindre Marc et sa fine équipe. Lorsque je ferme pour la dernière fois peut-être la porte de ma villa, j'aperçois Cloé devant le portail. Ce ne peut être qu'elle malgré les années qui ont passé. Arrivé près d'elle, elle me regarde, me gifle et m'embrasse très fort. Elle m'accompagnera donc pour cette épreuve. C'est drôle mais je ne suis pas du tout surpris, j'étais inconsciemment persuadé que je la reverrai après toutes ces années ce matin. Le trajet semble soudain très court grâce à Cloé, on a tellement de choses à se dire qu'on ne se dit finalement pas grand chose. Arrivé dans le service de Marc, je lui présente rapidement Cloé, et après quelques formalités, ce genre de formalités qui m'ont toujours paru si inutiles comme "bonjour, ça va toi?", je décide de m'engager très vite dans cette aventure. Cloé restera près de moi jusqu'au bout et me tiendra la main aussi longtemps que je serai alité. Là encore, ce fameux cliché que de se dire qu'une personne dans le coma entend ce qu'on lui dit ou ressent la présence des personnes autour d'elle, va peut-être devenir une vérité absolue.

Ce qu'il y a d'intéressant dans tout cela, c'est que j'ai la vague impression que rien n'a véritablement changé là où je suis. Même si je n'ai pas de notions du temps pour le moment, je me doute que cela fait plusieurs jours que l'opération a eu lieu. En tout cas une chose est certaine dorénavant, Marc s'est trompé dans ses calculs, et le coma sans retour s'est très certainement avéré comme sans retour à la vie. Du moins c'est la sensation que j'aie à l'heure actuelle. Tout est allé très vite, un peu comme lors de mon opération des dents de sagesse quand j'avais 16 ans. Je revois Marc compter de cinq à zéro, je le vois préparer divers fils et électrodes qu'il me branche un peu partout sur le corps, je vois ses assistants s'affairer autour de moi, je vois cette seringue devant contenir le mélange magique ou l'elixir du non-retour, je vois Cloé qui est là très triste assurément mais qui n'en laisse rien paraître comme elle l'a toujours fait, puis je ne vois plus grand chose...4...sa main chaude est désormais posée sur ma main droite...3...Marc me fait un grand sourire pour essayer de me détendre peut-être...2...c'est bizarre mais je ne sens plus très bien mes membres...1...mais ce qui est bien c'est que je suis très zen, comme je l'ai toujours été dans ma vie, ne montrant que très peu d'émotions, alors qu'au fond de moi tout se chamboule je peux encore ressentir cela...0. 

Mais où suis-je...et pourquoi cet endroit me semble-t-il si familier ?

Posté par Yanx à 20:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Page 12

    Être Zen

    Si seulement celà pouvait être réalité...

    Posté par shakti, 14 janvier 2005 à 01:10 | | Répondre
Nouveau commentaire