03 janvier 2005

PAGE 10

La mort donc... C'est un aspect à y réfléchir plus intéressant à étudier que la question du "pourquoi" de la vie. En effet, on peut se dire qu'en répondant à la question de l'après-vie, on répondrait de ce fait à l'interrogation de l'origine. En espérant bien sûr, trouver une explication à la non-vie. En vain, l'ensemble des êtres s'interrogeant sur l'origine et restant sans réponses rationnelles, donc sans explications pour eux, celles-ci se devant d'être rationnelles, vont se tourner tout logiquement vers la mort en espérant. L'espoir effectivement que leur mort, qu'ils espèrent le plus loin possible quand même, expliquera tout ou encore le Tout. Cela revient a de la facilité c'est vrai, mais cette sorte de complaisance est très saine pour l'Homme : se dire qu'une réponse sera apportée à la fin de ce calvaire qu'est sa propre vie a cela de reposant que le problème est reporté à plus tard.

C'est d'ailleurs une tendance de fonds dans l'espèce humaine que le concept même de la fuite devant la non-connaissance. Et on ne peut juger cela comme aberrant, puisque nous sommes humains, donc par définition mortels, mais peut-être comme révoltant. Mais à y réfléchir, la fuite est idéale dans notre vie de tous les jours. On se moque de savoir pourquoi et comment, et la conséquence de telle ou telle chose, puisque tout nous sera dévoilé après notre vie. Ou du moins nous l'espérons... Et si donc rien n'était expliqué après notre mort, alors ce serait terrible, avoir fait tout ça, ou plutôt avoir tout fait pour éviter le problème, pour finalement ne pas savoir, vraiment cela ne servait à rien.

Basiquement, on peut se dire que soit il se passe quelque chose, soit il ne se passe rien. Il ne faut pas s'être très longtemps interrogé sur soi, sur l'autre et sur le monde pour arriver à de telles conclusions, mais ce qui est primordial et intéressant est de savoir ce que l'on met derrière ces solutions, ce que l'on met derrière la vie... Si l'on pense qu'il ne se passe rien, et cela peut paraître comme la réponse la plus "rationnelle" justement, c'est qu'il y a un problème quelque part. Comment peut-on s'imaginer comme ne servant à rien sur cette Terre, étant là par hasard et de finir sa vie quelques mètres sous cette même terre, comme cela, pour rien. C'est plausible vous me direz mais indémontrable vous le savez bien. Personne n'est jamais revenu de l'après-vie pour nous expliquer ce qu'il se passe de l'autre côté...du moins nous n'en avons aucune preuve tangible. Mais se dire qu'il ne se passe rien après est un non-sens humain, une contre-vérité qui fait que l'Homme ne peut vivre s'il est conscient de cette réalité. L'Homme est là, qu'il le veuille ou non, car il a un but sur cette planète. On ne peut pas se dire que je ne suis là que pour 80 ans, histoire de laisser une trace dans telles ou telles archives et de m'en aller à tout jamais. Ou alors c'est effroyable. Nous ne serions nés en réalité que pour attendre notre mort sans broncher et basta. Si l'on veut aller plus loin, nous sommes sur cette Terre uniquement car nos parents nous ont mis au monde et nous n'attendons en réalité qu'une seule chose : de pour voir prendre la place. De qui ? Des "déjà-morts" qui sont encore dans leur cercueil et qui prennent nos futures places. Nous pouvons représenter l'espèce humaine comme une longue file d'attente : d'un côté il y a ceux qui attendent, ou qui vivent, comme vous voulez, et de l'autre, ceux qui meurent et qui rejoignent les morts. En fait, dès qu'une place se libère, c'est-à-dire, que quelqu'un est incinéré, ou qu'une concession se libère dans un cimetière, alors les "bientôt-morts" prennent immédiatement ces places vacantes pour les occuper. Voilà donc la logique de cette vie, celle du roulement ou de la file d'attente. C'est une vision noire et très schématique mais à y regarder de plus près cela répond parfaitement à se dire qu'il n'y a rien après la vie.

Et puis il y a la deuxième solution qui peut se prolonger dans d'innombrables sous-solutions, autrement dit, il se passe quelque chose ! Oui, mais quoi... 

Posté par Yanx à 19:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur PAGE 10

    en résumé ...

    C'est le Pari de Pascal... Un sujet qui me tiens bien à coeur en ce moment... voir mon blog les jours à venir...

    Posté par Shakti, 05 janvier 2005 à 18:47 | | Répondre
  • Je n'y manquerai pas

    Je lirai vos pages avec plaisir, redonnez-moi juste votre adresse de blog.
    Bientôt la page 11

    Posté par Yanx, 06 janvier 2005 à 20:08 | | Répondre
  • adresse:

    http://shakti.canalblog.com
    J'attends avec impatience la page 11.
    Déjà 11 pages! Bientôt le roman!

    Posté par Shakti, 08 janvier 2005 à 18:24 | | Répondre
  • Hypothèse 1

    Personnellement j'opte pour cette hypothèse.
    En effet, comme vous le dîtes, "c'est effroyable".
    Mais qui a dit que la vérité ne devait pas l'être ?

    Posté par jolinar13, 19 février 2007 à 16:19 | | Répondre
Nouveau commentaire